EN KIOSQUE

REVUES DE PRESSE TÉLÉCHARGEABLES EN P.D.F (mise à jour automne 2016) :
REVUE DE PRESSE COMPLETE DEPUIS 2013
REVUE DE PRESSE 2016 DENIS RIVET
REVUE DE PRESSE 2015 DENIS RIVET
REVUE DE PRESSE 2014 DENIS RIVET
REVUE DE PRESSE 2013 DENIS RIVET
=========
Est Républicain - 6 avril 2016L’Est Républicain – avril 2016
=========
Est républicain - 5 avril 2016L’Est Républicain – avril 2016
=========
Le Progrès - 1 avril 2016Le Progrès – avril 2016
=========
Petit Bulletin Lyon - recadré - avril 2016
Le Petit Bulletin – avril 2016
=========
http://hexagone.me/2015/03/denis-rivet-tout-est-triste-rien-nest-grave/
Chronique signée David Desreumaux – Hexagone – mars 2015
logo-hexagonecasquemodif=========
le progrès 27 février 2015Le Progrès – février 2015
=========
article dauphiné libéréLe Dauphiné Libéré – février 2015
=========
article lablachère 1 sur 2Le Dauphiné Libéré – janvier 2015
=========
Ils en parlent déjà - Denis Rivet=========
http://www.nosenchanteurs.eu/index.php/2015/01/12/denis-rivet-derive-cine/
Site internet « Nos enchanteurs » – Chronique signée Michel Kemper – janvier 2015
index=========
https://crapaudsetrossignols.wordpress.com/2014/12/10/les-mots-au-tamis/
Webzine « Crapauds et Rossignols » – chronique signée René Troin – décembre 2014
index 2=========
Chronique musicale consacrée au nouvel album « Tout est triste, rien n’est grave » –
Webmagazine « Amply » numéro 13 – décembre 2014
newheader=========
couleurs croix-rousse novembre 2014 001Couleurs Croix-Rousse (n°205) – novembre 2014
=========
article petit bulletin - 29 octobre 2014Le Petit Bulletin – article signé Stéphane Duchêne – octobre 2014
=========
le progrès - denis rivetLe Progrès – article signé Florence Fabre – octobre 2014
=========
chronique longueur d'ondesLongueur d’Ondes n°43 – Chronique signée Elsa Songis – Automne 2014
=========
chronique francofans 001Francofans n°49 – chronique signée Stéphanie Berrebi – octobre/ novembre 2014
=========
Petit Bulletin - septembre 2014 001Le Petit Bulletin – article sur la rentrée musicale lyonnaise – septembre 2014
=========
article tournage clip recadré
Le Dauphiné Libéré – article sur le tournage du premier clip – août 2014
 =========
le progrès - juillet 2014 001Le Progrès – article signé Florence Fabre – juillet 2014
=========

sortir - tribune de lyon

La Tribune de Lyon – portrait signé Nathalie Duran – juin 2014
 =========
Concert DENIS RIVET PARTIE 1La Tribune de Vienne – février 2014
 =========
Crapauds-et-rossignols-300-72Il y a beaucoup d’hiver dans les chansons de Denis Rivet : « Nous étions quelques-uns à attendre l’hiver / mais plus le temps passait, plus le ciel était lourd… » Pas mal de mélancolie : « Dimanche, 18 heures / c’est déjà lundi… » Une réminiscence gainsbourgienne : « … ce mortel ennui… » Et des nostalgies de trentenaire : « J’étais Rocky, j’étais Bruce Lee… » Le tout, chanté d’une voix de son âge. Qui pourrait faire penser à celle de Daho, avec un peu de coffre, à celle de Dominique A, mais en pas maniérée… C’est toujours difficile de décrire une voix – d’où le conditionnel. Il est plus facile, en revanche, d’écrire que le timbre de Denis Rivet s’accorde à celui de Frédéric Bobin, avec qui il partage un duo (Tout ce qui vous tient) et un musicien tri-instrumentiste : le batteur, bassiste et guitariste Mikaël Cointepas. Denis Rivet, de son côté, joue de plusieurs guitares, d’orgues divers, du piano-jouet et du métallophone. Ces trois gars-là – et une fille aux chœurs sensibles, Eva Traccard – ont beaucoup écouté les anciens et les modernes de l’americana : Johnny Cash, The Band, Emmylou Harris, Wilco ou Gillian Welch percent sous les cordes précises et la batterie sobre. Pour la suite de ses aventures, on peut attendre de Denis Rivet qu’il se lance dans l’exploration de la carte des rythmes. Mais, pour l’heure, ce Tout proches compose en cinq chansons et un instrumental sautillant en forme d’interlude une jolie carte de visite, glissée dans un Digipak au graphisme soigné, signé Stéphane Emptaz. Enfin, comme un collectionneur averti en vaut deux, précisons que le tirage est limité à 500 exemplaires.
Crapauds et rossignols – article signé René Troin – janvier 2014 – http://www.crapaudsetrossignols.fr
 =========
csm_b-zebre_adeeb582c7« Dimanche, 18 heures, c’est déjà lundi / les dernières lueurs / tombent dans la nuit / dans ton cœur / il y a de la mélancolie / sur la route du fort / il y a la pluie »
Pas d’états d’âme de génération, ni de malaises garantis d’époque, et pourtant chanteur d’un imaginaire qui nous manque. Rien de gris malgré les apparences, une vie qui s’écoule, près de nous mais que l’on ne veut pas voir. À son écoute, on rentre dans son « atmo » avec l’envie d’y rester, vivre cette histoire en feedback. S’enfermer au sens interdit ! Ce qui est étrang , c’est qu’on aime passer sa musique en boucle. Et chaque fois on est dans un monde différent. Magique !
Musique d’atmosphère , compositions réduites à l’épure où se mêlent basse et percussions, l’écho en riff saturé d’une guitare et les sons d’un clavier Bontempi …Voix élégante, douce, qui séduit et nous retient.
Même si on s’entend pour dire que l’objet est soigné, il faudrait peut-être arrêter de le traiter de minimaliste, car autant dans l’écriture que dans la musique, se mêle un patient travail d’horloger ou de magnétiseur des corps et des sens, créatif mais aussi poète musical.
Depuis la sortie de son premier album solo en octobre 2012, cela bouge pour Denis Rivet, sélectionné au printemps de Bourges, les concerts se sont enchainés, le dernier les Trois Baudets à Paris. Il sera mardi au Marché Gare. Un moment pour faire le point et puis peut être mieux le décrypter, comprendre cette indéfinissable façon d’écrire.
Un interview c’est souvent une rencontre, même si cela se réduit à un interview sonore ou vidéo, difficile d’en passer par là, avec Denis qui « résonne » comme un homme de texte.
Cette rencontre se fait à la Coopérative du Zèbre, on touille une dernière fois sa tasse de café et c’est parti, magnéto !
Franck du zèbre : « Dimanche, 18 heures », ça parle de l’ennui, non ?!
Denis Rivet : « Ce n’est pas un ennui, c’est un ressenti d’un moment qu’on identifie tous plus ou moins, c’est la fin du week-end. On sait que c’est la fin du week-end parce que le lundi va arriver, t’as raison là dessus. Que le dimanche soit bon ou pas, on sent bien que c’est déjà la fin. Mais cette chanson ne parle pas que de ça, elle parle d’un front de mer, d’une rue sur le port, et à la fin il y a une ouverture sur la vie, il n’y a pas que le côté mélancolique, je ne trouve pas. »
Franck du zèbre : Pas plus de 50 mots, comme beaucoup de tes textes !!
DR : C’est vrai que je ne suis pas trop bavard dans les paroles, j’aime bien y aller par petites touches, avancer par impression, poser une atmosphère. Je n’aime pas fermer la porte de l’imaginaire aux gens. Je n’ai pas envie de dire que cette voiture là, roulait à cette vitesse, dans cette rue là. En tant qu’auditeur ou spectateur au cinéma, je n’aime vraiment pas ça. Je n’aime pas qu’on me ferme la porte de l’imaginaire en me mettant trop de concret, de détail… Je fais un peu mes chansons comme celles que j’ai envie d’entendre.
Ce que j’aime, c’est quand une chanson vient nous apporter une émotion, une impression, un ressenti, mais qu’il n’y ait pas trop de concret dedans. Après c’est personnel. Il y a aussi un rapport au mots, puisque ces mots sont chantés, donc il faut que ça rime, il faut que ce soit bon en bouche. Il y a des mots qui ne sonnent pas. Moi, je n’arriverais jamais à les faire sonner, en tout cas pour le moment, je n’y arrive pas. Là je suis entrain d’écrire le prochain album et je m’aperçois que j’ai envie d’aller vers une écriture assez épurée. Je n’ai pas de grands textes, peut-être que ça viendra, mais pour le moment ça ne m’intéresse pas.
FDZ : Peut être que parfois on te sent un peu loin de ce monde de l’immédiat, Et les mots au vitriol, j’ai pas l’impression que c’est ta tasse de thé, heureusement d’ailleurs !
DR : Je ne me sens pas du tout loin de la réalité, je ne me sens pas en retrait dans la vie. Après, je pense que je ne sais pas faire des chansons du quotidien. Autant je suis quelqu’un qui est vraiment dans la vie, j’ai un travail etc… Je suis actif, le quotidien je me le coltine bien et pour moi la musique c’est une voie de sortie, un espace de dégagement. C’est-à-dire que quand je me mets à faire de la musique, je me dégage de tous ça. Ça m’intéresse de faire des chansons qui ne sont pas encrées dans la réalité, qui ne sont pas notre quotidien. Écrire une chanson engagée sur n’importe quel thème dans le monde, je ne sais pas le faire. Ce serait maladroit. Puis mon rapport avec la musique est vraiment intime, très personnel, introspectif, et ça me permet de me dégager de la réalité quotidienne. Quand je me mets à faire de la musique je suis centré sur moi, mais ça ne veut pas dire que je ne parle que de moi dans mes morceaux.
FDZ : Il y a un chanteur Suisse, très connu il y a une dizaine d’année, Jean Bart, aujourd’hui metteur en scène et dont je te sens assez proche. Il explique qu’il travaille dans son abri anti-atomique (toutes les maisons suisses ont un abri anti-atomique, c’est la loi !! ndlr), dans un isolement complet. Peux-tu nous parler de ta façon de travailler ?
DR : Je travaille en deux temps, il y a un moment où je note une impression, je suis dans un bistrot, j’attends dans la rue, il y a une personne qui s’installe…Je prends mon dictaphone et puis je note deux trois mots comme ça, je dis ce qui me vient. Avec un air, une mélodie, en me disant ça va le faire, c’est un peu la matière première, mais après il va falloir la façonner, la travailler cette matière-là. Et il va surtout falloir décider, s’il y a matière à travailler, pour de vrai ou pas.
Souvent je réécoute toutes mes prises de mon dictaphone et je me dis : « ça, ça a l’air pas mal, là il y a un angle ». Il n’y a pas de chanson sans angle d’attaque, sans angle de vue, comme un photographe. Et parfois une phrase, ça ne suffit pas alors il faut travailler et décider quelle sera le thème de la chanson, quel angle elle choisit de prendre, avec tout ce qu’on décide de laisser de côté. C’est le plus gros du travail, je suis assis et je travaille la chanson, après il faut travailler la structure de la chanson, comment elle va démarrer, la longueur de l’intro, s’il y en a une ou pas, s’il y a deux couplets avec un refrain ou si j’enchaine tout de suite après le premier couplet. Je décide de poser « l’architecture » du morceau, souvent avec une maquette guitare/chant.
Ensuite, je laisse reposé et j’ai vraiment besoin de réécouter, et si ce n’est pas bon je modifie, c’est assez laborieux, ce sont des allers/retours. j’envoie les chansons aux musiciens, pour qu’ils aient le temps de les écouter, je leur envoie les paroles quand la structure est posée. Et quand nous sommes en répétition chacun met un peu de sa couleur. Donc c’est vraiment en deux temps. C’est aussi un travail collectif au niveau de l’arrangement. Ils sont remplis de propositions et moi j’ai les oreilles ouvertes à tout pour être sûr qu’ils puissent apporter leurs pattes et que ce soit une valeur ajoutée au morceau.
Le Zèbre info – interview de Franck du zèbre – octobre 2013 – http://www.lezebre.info
 =========

article 20 minutes 21 mai 2013

20 minutes – article signé Jérémy Laugier – mai 2013
 =========
Le Berry Republicain - 28 avril 2013
 Le Berry Républicain – avril 2013
=========
lyon plus 19 avril 13 001
 Lyon Plus – avril 2013
=========
rock and folk chronique mai 2013 001Rock & Folk – février 2013
=========
12918390-0
Le Petit Bulletin – article signé Stéphane Duchêne – janvier 2013
=========
Lettre d'information n°49 - Tagada soin Tsoin - décembre 2012L’antenne – novembre 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s